L’analyse de rentabilisation de l’inclusion : Jeunes, étudiants et diplômés handicapés

Joignez-vous au PAIRE

PUISER DANS LES NOUVEAUX TALENTS :

Jeunes, étudiants et diplômés handicapés

  • Les personnes handicapées forment un groupe démographique que l’on ne peut se permettre d’ignorer. En Ontario, plus de 1,7 million de personnes âgées de 15 à 64 ans disent souffrir d’une ou de plusieurs incapacités, ce qui représente 1 Ontarien sur 5. Il y a également plus de 228 000 jeunes handicapés, âgés de 15 à 24 ans. L’un d’entre eux pourrait être votre prochain stagiaire, employé ou collègue!
  • En fait, selon les données de 2017 de Statistique Canada, près de 83 000 jeunes canadiens handicapés pourraient faire partie de l’effectif, car ils n’ont pas d’emploi ou ne vont pas à l’école. La jeune démographie permet aux employeurs d’accéder à un bassin de talents virtuellement inexploité, approche novatrice démontrant comment amorcer la reprise économique après la pandémie de 2020.
  • Plus de 10 000 étudiants handicapés sont inscrits à l’un des quatre établissements d’enseignement postsecondaire de l’est de l’Ontario (la Cité, l’Université Carleton, le Collège Algonquin et l’Université d’Ottawa). Avec le soutien de ces établissements et d’employeurs inclusifs, les étudiants handicapés peuvent occuper un emploi d’été, effectuer un stage coop ou occuper un poste d’apprentissage intégré au travail pour combler vos besoins actuels en matière de talents. En se faisant, ils acquièrent aussi les compétences requises pour faire partie de votre main-d’œuvre future.
  • La recherche montre qu’un taux de scolarité plus élevé est associé à un taux d’emploi plus élevé. Les Canadiens handicapés sont bien instruits : 56 % d’entre eux ont obtenu un diplôme d’études postsecondaires dans le cadre de l’un des nombreux programmes collégiaux et universitaires.
  • L’adaptation du milieu de travail pour les employés handicapés, peu importe leur âge, est moins onéreuse que ce que bon nombre d’employeurs pensent. Un sondage en ligne mené par la CIBC en 2016 a révélé que 30 % des Canadiens handicapés n’ont pas besoin de mesures d’adaptation en milieu de travail, et que ces mesures, pour ceux qui en ont besoin, coûtent en moyenne moins de 500 $.
  • Les employeurs qui favorisent une culture d’adaptation en retirent de nombreux avantages. La recherche montre que ceux-ci peuvent comprendre l’amélioration des interactions entre les collègues, l’amélioration du moral au sein de l’entreprise, la réduction des coûts de formation; une sécurité accrue en milieu de travail et l’accès à une plus grande clientèle. En fait, 47 % des écho-boomers tiennent compte des politiques en matière de diversité et d’inclusion en milieu de travail lorsqu’ils choisissent un nouvel emploi. De plus, une étude mondiale effectuée en 2018 révélait que la génération Z s’attend à ce que les entreprises embrassent la diversité et l’inclusion et qu’elle est plus susceptible de continuer à travailler pour ces employeurs.
  • Getting to Equal: The Disability Inclusion Advantage (Égalité : les avantages de l’intégration des personnes handicapées), publié en 2018, dévoile que : « Les personnes handicapées doivent faire preuve de créativité pour s’adapter au monde qui les entoure. À ce titre, elles développent des forces particulières, comme des compétences en résolution de problèmes, comme l’agilité, la persévérance, la prévoyance et la volonté d’expérimenter, qui sont toutes essentielles à l’innovation. »
  • Cette même étude a conclu que les milieux de travail inclusifs sont plus dynamiques et que les entreprises ayant adopté des principes d’inclusion sont devenues plus rentables à long terme, avec une augmentation des revenus de 28 % et une marge bénéficiaire supérieure de 30 %.

Les sources originales sont disponibles auprès du PAIRE. v. octobre 2020